Les chèques cadeaux culturels, nouvelles coqueluches des employeurs

Nous connaissions déjà les tickets pour le restaurant, ceux que l’on utilise dans les magasins de jouets et les chèques vacances. Aujourd’hui, les entreprises proposent à leurs employés un nouveau type d’avantage social avec les cartes culture. Comment fonctionne-t-elle ? Comment peut-on les utiliser ? Peut-être en recevrez-vous pour les fêtes de fin d’année ?

Un nouvel avantage social pour les salariés

Les chèques culture permettent d’acheter divers articles comme des livres, des DVD, des Blu-ray, des jeux vidéo ou peuvent encore régler des places de cinéma, pour des concerts, des spectacles ainsi que des entrées au musée. Dans le cadre d’une entreprise, la carte culture peut être offerte en cadeau à l’occasion d’une fête, d’un anniversaire ou pour récompenser les efforts d’un collaborateur. Dans ce cas, ils sont entièrement financés par l’employeur. Des chèques peuvent aussi être mis en place par la direction ou bien le CE en tant qu’avantage social, sur le principe du cofinancement. Les salariés en bénéficient donc à des tarifs préférentiels. 

L’employeur y voit un intérêt également dans la mesure où ils sont exonérés de charges sociales jusqu’à un certain plafond par salarié, dont le montant maximum est fixé par la loi. C’est donc une manière plus simple pour un chef d’entreprise de valoriser la rémunération de ses employés au moment de l’entretien d’embauche. Au moment de la commande, il suffit d’indiquer le montant que l’on désire attribué.

Comment se servir d’une carte ?

La carte culture est plus pratique que le chèque dans la mesure ou vous pouvez déduire le montant exact de vos achats. Avec le chèque, si la somme dépasse le montant de vos achats, vous n’aurez pas la possibilité de récupérer la monnaie dessus. Elle s’utilise aussi bien dans les boutiques près de chez vous et sur les sites internet spécialisés.

Chaque année, elles servent à l’achat de produits culturels et permettent ainsi de soutenir une économie qui a été fragilisée par l’arrivée du web.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *