Découvrez les différentes étapes pour l’achat d’un terrain

Acheter un terrain peut se faire pour construire une maison particulière ou un bâtiment à usage commercial. Mais le choix d’un terrain implique la prise en compte de paramètres topologiques, géographiques et administratifs. Explications.

Où acheter un terrain ?

Trouver un terrain pour l’achat, c’est possible sur plusieurs sites internet. Certains ont plus de 50 000 offres de terrains à acheter. Sur le web, la transaction est : soit, directe si le site internet met en contact le vendeur et l’acheteur. Soit, indirecte si le site internet est le lieu obligatoire de la transaction. Une commission est le plus souvent perçue. 

Il existe de nombreuses autres modalités d’achat : l’offre d’achat orale ou promesse d’achat ou offre de prix. Dans ce cas, la vente n’est pas obligatoire. Vous n’êtes pas engagé, le vendeur non plus. Le principal avantage est d’accélérer le processus de vente. 

Achat d’un terrain par promesse

Deux autres possibilités peuvent être utilisées pour réussir l’achat d’un terrain pas cher. Il s’agit : de l’offre d’achat écrite, c’est un engagement liant l’acheteur. Il suffit que le vendeur accepte par écrit et la transaction est conclue. Il est prévu que le vendeur obtienne des dommages et intérêts en cas de désistement de l’acheteur. Ce dernier doit être sûr de lui. Il doit vérifier et accepter toutes les contraintes.

Promesse unilatérale de vente : dans ce cas, c’est le vendeur qui est engagé. Il ne peut plus renoncer à vendre, ni proposer le bien à un autre acheteur. Si l’acheteur accepte la promesse, il verse un acompte (environ 10 %). Après la période dite “délai d’option”, si l’acheteur renonce à acquérir le bien, le vendeur conservera l’acompte perçu.

Autres schémas d’achat

Pour votre bien-être il existe encore des possibilités. Il s’agit : d’une part de la promesse (ou compromis) de vente : elle est aussi appelée promesse synallagmatique de vente. Dans ce cas, ce sont les deux parties qui s’engagent simultanément, mutuellement et définitivement. L’ampleur de l’engagement est tel que la mort d’une des parties ne le supprime pas. 

Cette dernière devra contenir les éléments de l’accord conclu entre acheteur et vendeur. Parmi les informations indispensables : d’abord, les noms et prénoms des acheteurs et vendeurs. Ensuite, un historique du bien (dates de précédentes ventes, identité des précédents propriétaires …). Enfin, les aspects financiers tels que le prix de vente. 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *